San

SAN

 

San commence le graffiti à Paris et en banlieue en 1984, dès la naissance du mouvement. Son but est de remplacer la grisaille murale urbaine par des explosions de couleurs, en particulier sur les voies ferrées qui le mène à son école située sur Paris.

Très vite, il se met à peindre son nom avec des lettres énergiques et colorées, accompagnées de personnages de bandes dessinées.

En 1985, au terrain vague de Stalingrad, il forme son premier groupe, les TRP (The Renegade Painters). Avec son groupe, il repère et peint dans tout les lieux possibles, palissades du Louvre, petite ceinture, terrains vagues et voix ferrées, etc…

Rapidement San s’impose avec son propre style, tout en travaillant son Art dans plusieurs directions, il prend comme référence une interview de Phase2 qui explique, qu’un artiste peut faire plusieurs styles de lettrages, suivant ses envies et son environnement.

 

En 1988, son S en throw-up (flop) et ses nombreux graffiti, lui donne la reconnaissance de tous, envahissant dans les quatre coins de la capitale et c’est à cette époque qu’il devient membre des 93MC (93 Mafia Crew).

 

En 1991, le premier livre sur l’histoire du graffiti parisien « Paris Tonkar », publie ses œuvres et le désigne comme une légende du tag au même titre que Boxer (R.I.P.).

 

Toujours actif jusqu’à aujourd’hui, San peint à la bombe et fait évolué ses styles dans la rue. Il réalise aussi des performances artistiques (Grand Palais, le 104, appel d’offre de sociétés, médias, administration publique, association culturelle et artistique comme la gare XP (gare expérimentale) et Trait d’union de l’Albatros.

Mais c’est surtout à travers son énorme travail sur toile, qu’il concrétise le plus sa passion.

Il puisse ses inspirations dans le graphisme, la musique électronique, les cultures tribales, les actualités, les faits de société, qu’il retranscrits artistiquement avec un regard neuf, sur ce qui l’entoure et sur ce qu’il ressent en lui.

 

Dans ses derniers travaux, San relie et fusionne ses différentes recherches et ses nombreux styles artistiques entre eux, comme son free style de forme arrondis qui dérive en lettrages ou comme son flop s’accordant à ses personnages graphiques qu’il nomme « ses peintres ouvriers », effaçant tout sur leurs passages trainant un gros rouleau de peinture ou soulevant une grosse bombe aérosol.

 

San One est présent depuis, dans de nombreuses ventes aux enchères et des expositions tel qu’en 2008 au Quiksand (en Hollande), organisée par la Kus galery et le Old Timer NewYorkais, Lin « Quik » Felton ou à Berlin dans la PPC galerie en 2013, mais également, au palais de la culture à Puteaux.